Après une première édition appuyée sur les cahiers des charges des expérimentations, notamment celles menées dans le cadre de l’Article 51, l’édition 2022 de l'Observatoire Proxicare vient mettre à jour la liste des expérimentations autorisées (30 nouvelles expérimentations au total) et introduit de nouveaux critères et items (plusieurs niveaux de coordination expérimentés dans les projets notamment). L’édition est complétée par une analyse qualitative menée auprès de huit expérimentateurs, avec pour objectif de mettre en évidence des premières implications opérationnelles associées au changement de mode de paiement.

 

 

En chiffres

38 % des financements alloués à l’exercice coordonné

• 84 expérimentations innovantes lancées par les pouvoirs publics et passées au crible
• 200 000 patients concernés par ces dispositifs innovants de prise en charge
• 4 régions abritant le plus grand nombre de ces innovations : l’Occitanie, l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes et les Pays de la Loire
• 4 millions d’euros en moyenne par expérimentation sont alloués à la prise en charge des patients
• 1 expérimentation sur 5 prévoit la mise en place de rémunérations sous forme de prime à la qualité, sécurité et/ou à la performance.
• 38 % des projets innovants financent la coordination entre professionnels de santé et l’exercice coordonné
• 52 % de ces projets concernent la prise en charge des pathologies chroniques ou liées au vieillissement
• 1 expérimentation sur 2 intègre le financement de soins ou d’activités non remboursés par l’assurance maladie (psychologue, diététicien, éducateurs en activité physique adaptée…)
• 19 % des projets innovants mettent en place une rémunération à la patientèle (et non au patient)
• 21 % des projets incluent un dispositif médical (télésurveillance, automesure, matériel bucco-dentaire)

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE