Maison de santé pluriprofessionnelle (MSP), centre de santé (CDS), communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS)… Si les dispositifs d’exercice coordonné se multiplient, qu’en est-il de la connaissance, de l’usage et de l’implication des usagers au sein de ces structures ? Une enquête BVA, pour France Assos Santé Occitanie, a questionné un échantillon représentatif de 1 002 personnes du 2 au 13 avril dernier. Objectif : connaître leur perception des différentes structures, cerner l’expérience patient en termes de consultation de professionnels de santé (et notamment l’impact de la crise sanitaire), mesurer les pratiques dans ces structures, et évaluer l’envie du grand public d’être impliqué auprès des professionnels de ces structures.

 


Vidéo de France Assos Santé Occitanie

 

La MSP, star des regroupements

Si 83% des sondés ont déjà entendu parler des MSP, seules 45% estiment pouvoir faire la différence avec un cabinet médical, 14% avec un CDS, et 15% avec une maison de garde. "Ceux déclarant avoir une maladie chronique connaissent davantage ces structures et le niveau de diplôme fait également varier la notoriété, note l’enquête BVA. Plus le niveau de diplôme est élevé, plus la proportion connaissant les structures augmente." En revanche, les CPTS sont majoritairement méconnues : seuls seuls 23% des interrogés en ont déjà entendu parler, dont 4% peuvent l’identifier clairement. 

 

 

 

Si un tiers (34%) peuvent situer la MSP la plus proche de leur domicile, "une connaissance plus marquée [a été notée] chez ceux résidant à la montagne (58%) et à la campagne (39%), alors que les urbains sont moins au fait (28%) de la localisation de la MSP la plus proche", note l’enquête. 23% estiment qu’il leur faudrait 5 minutes ou moins pour y parvenir, et 5% plus de 30 minutes. Alors que le temps moyen serait de 14 minutes, des différences sont relevées : 11 minutes en moyenne pour les habitants de l’Aveyron et du Tarn contre 18 minutes pour ceux du Gard. "De manière plus générale et assez logique, les habitants des régions rurales se considèrent plus éloignés des maisons de santé."

 


Pour aller plus loin : Télécharger l’infographie complète de l’enquête ici.

 

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE