La Normandie connaît une dynamique importante en matière de téléconsultation : le nombre d’actes de télémédecine a été multiplié par 37 entre 2019 et 2021, passant de 10 700 actes à plus de 400 000, précise un communiqué de son Agence régionale de santé. Ainsi, en 2021, 32% des libéraux ont eu recours à la téléconsultation.

Pour répondre à l’augmentation de la demande de soins, une téléconsutlation "accompagnée" a été mise en place jusqu'au 31 août prochain, à travers trois points d’accès spécifiques à Avranches, Cabourg et Valognes. Une initiative conjointe de la Région Normandie, l’ARS Normandie, l’URML, l’URPS Infirmiers, la Cellule de soins non programmés et les Samu du Calvados et de la Manche, des acteurs de la santé qui ont formalisé, en décembre 2021, leur partenariat par la signature d’une charte pour l’accès aux soins ambulatoires en Normandie pour la période 2021-2025..

La Région et l’ARS accompagnent à parts égales les trois expérimentations de téléconsultation accompagnée pour un montant total de 100 000 euros.

 

La présence d'une infirmière pour l'auscultation

L’enjeu de la téléconsultation accompagnée est de proposer une solution alternative et qualitative de téléconsultation qui s’intègre dans une organisation territoriale de soins, avec des médecins téléconsultants exerçant dans la mesure du possible sur le territoire. Une infirmière accompagne chaque patient durant la téléconsultation, et accomplit les gestes de soins et d’auscultation avec les équipements connectés mis à sa disposition.

Le patient doit d’abord solliciter un pharmacien, une infirmière ou, si ce n’est pas possible, composer le 15. Il est ensuite mis en lien avec la cellule de soins non programmés, dès lors que le besoin relève d’une consultation non urgente (qui peut attendre 24 à 48h) par un médecin généraliste. Après s’être assurés que le cas du patient peut bien être adressé vers une téléconsultation accompagnée, et ne relève pas d’une urgence, les professionnels de santé de la CNSP fixent directement un rendez-vous dans la salle de téléconsultation dans le cadre d’un planning établi au préalable avec les médecins et les infirmières.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE