L’ offre de soins est insuffisante, voire inexistante, dans plusieurs zones rurales, mais aussi urbaines, en France. Les inégalités d’ accès aux soins s'aggravent. Cette désertification concerne les médecins, mais aussi tous les professionnels de santé et de soins primaires : infirmiers, kinés, pharmaciens, sages-femmes, psychologues, diététiciens, dentistes, etc. Pour bien faire, nous devrions parler de déserts en santé plutôt que de déserts médicaux ! C'est pourquoi la construction d'équipes coordonnées exerçant en maison de santé pluriprofessionnelle (MSP) est au cœur de la solution.

Les partis pris d'AVECsanté

Mobiliser les forces en présence

Pour pallier l’urgence, il faut compter sur les forces en présence, et leur éventuel réagencement. pOur ce faire, AVECSanté propose de :

- favoriser le regroupement en MSP des professionnels de santé déjà sur le territoire,
- favoriser le rattachement d'équipes de soins primaires de proximité à des MSP “têtes de pont”,
- impliquer les citoyens dans la vie du projet de santé de l'équipe pluripro,
- favoriser les démarches d'“aller vers" des équipes pluripro de proximité en s'appuyant sur diverses modalités (antennes secondaires, bus technique, etc.),
- favoriser la télémédecine comme outil au service des équipes et du patient (téléconsultation, télédiagnostic et téléassistance),
- favoriser les collaborations entre MSP, centres de santé et hôpitaux de proximité, notamment en développant des partenariats architecturaux et fonctionnels,
- compléter l'équipe en ouvrant la possibilité du salariat. 

 

Valoriser les missions de service public menées par les professionnels des MSP

L'exercice libéral n'est pas incompatible avec l'intérêt général et la poursuite de missions de service public. Les MSP peuvent les mener à bien, à condition d'obtenir les financements adéquats. AVCE Santé propose de !

- augmenter le financement actuel des MSP par l'Accord conventionnel interprofessionnel (ACI),
- valoriser ces nouvelles missions de service public des MSP "têtes de pont" ,
- simplifier les financements d'équipes par des circuits impliquant ARS et collectivités territoriales,
- obtenir l'appui des collectivités territoriales pour des moyens humains, financiers et techniques.

Miser sur le changement des pratiques

L'exercice coordonné pluriprofessionnel en équipe doit devenir la norme pour satisfaire les besoins en santé à venir. Il est attractif aux yeux des jeunes. Il est temps d'en faire un pilier de la formation initiale ! AVECSanté propose de :

- redéfinir les champs de compétences en intégrant les nouveaux métiers (assistants médicaux, IPA, médiateurs en santé, interprètes en santé...),
- développer de nouvelles pratiques avancées : enrichissement des tâches des IPA, nouveaux protocoles pluripro de coopération (avec les pharmaciens, infirmiers, kinés, etc.),
- reconnaître la MSP comme lieu de stage et favoriser l’accueil de stagiaires, médecins et paramédicaux, dans les MSP engagées dans la résorption des déserts,
- développer la culture pluripro et son appropriation chez les jeunes professionnels en formation.

Investir dans notre infrastructure de santé

Ne sacrifions pas le long terme au court terme ! Les innovations lancées pour remédier à la désertification sont les germes de l'infrastructure de santé de demain. AVECSanté propose de :

- développer les MSP participatives, y compris hors des quartiers prioritaires de la ville, et leur permettre de financer les activités qui relèvent des champs social et médico-social (accueil, médiation en santé, participation des habitants à l'offre en santé), au-delà de l'ACI,
- développer les incubateurs pluripro et adapter les aides à l'installation en finançant d'emblée la coordination pour stimuler l'installation en équipe, plutôt que de miser sur l'aide individuelle qui ne fonctionne pas (DREES, 2021),
- promouvoir l'ingénierie de projet par les fédérations régionales, en lien avec les ARS, l'Assurance maladie et les collectivité territoriales ; les rendre notamment capables d'intervenir ponctuellement par un renfort rapide en cas de difficultés.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE