C’est une première, assure-t-on du côté de l’Indre (Centre-Val de Loire). Depuis le 9 novembre dernier, Christophe Delesalle, médecin généraliste, a rejoint le local de la maison de santé de Buzançais, inaugurée le 1er octobre 2019. La particularité de ce nouveau recrutement ? Le médecin est salarié par la Région Centre-Val de Loire, contrairement à ses collègues, tous libéraux. Une situation "inédite" comme l’affirme La Nouvelle République, d’autant que "les locaux accueillant la maison de santé jouissent désormais du statut de centre de santé. Une première pour le Centre-Val de Loire, jamais pareille association n’a été réalisée jusqu’alors", explique le journal local. Intrigués, nous avons interrogé les principaux concernés : l’intégration d’un médecin salarié au sein d’un local partagé avec des libéraux modifie-t-elle le statut de la maison de santé ?

Ce qui fait sourire Emeline Beaupère, chargée de mission installation en santé au GIP Centre-Val de Loire, le groupement d’intérêt public créé par la Région en juin 2020 afin de recruter des médecins salariés (CDD ou CDI) en leur proposant une rémunération mensuelle comprise entre 5 000 et 8 950 € brut) ainsi que des horaires fixes (39 heures par semaine). "En 2019, quand la maison de santé a été lancée, elle comptait 3 médecins généralistes. Courant 2020 et 2021, l’un des praticiens est décédé et un autre est parti à la retraite. Le troisième, d’une quarantaine d’années, avait un médecin adjoint mais qui n’était présent que deux jours par semaine…" L’idée de la Région, et donc du GIP Pro santé, est donc de venir en renfort là où l’offre libérale ne se développe pas, explique celle-ci.

 

"En bonne intelligence"

Conscient que le bâtiment qui héberge la maison de santé compte des locaux vides, le GIP Pro santé Centre-Val de Loire décide donc d’y adosser un centre de santé. "Sur les 11 centres de santé que nous avons créés, deux seulement sont adossés à une maison de santé", précise Emeline Beaupère. Une cohabitation qui, assure-t-elle, se fait en "bonne intelligence" : "Comme le médecin libéral n’est pas présent le mercredi après-midi, le médecin salarié est là pour assurer l’offre de soins. Ce dernier participe également à la PDSA et fait sa part, comme son confrère. Et en cas de soins non programmés, la secrétaire a accès aux dossiers patients des deux médecins."

La location et la maîtrise d’œuvre de la maison de santé étant confié à Opac 36, ce bailleur "loue à la Ville de Buzançais, un des cabinets médicaux disponibles dans la maison de santé et la municipalité met à disposition ce cabinet au médecin, à titre gracieux", détaille Régis Blanchet, maire de la commune à La Nouvelle République, précisant que le centre de santé va "permettre de renforcer l’offre de soins à Buzançais et les communes avoisinantes."

Pour François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire, face au "besoin urgent de présence médicale", il fallait "absolument accueillir" les "jeunes médecins et même plus âgés qui ne veulent plus s’installer en libéral" : "J’ai cherché à construire un système permettant de rassembler libéraux et salariés. Il a fallu définir par convention avec l’Assurance-maladie, l’État (via l’ARS), les collectivités territoriales, le cadre juridique et financier d’un tel système", explique-t-il à La Nouvelle République, ravi que Buzançais serve « d’exemple » à l’échelle de la région. Pour l’heure, 108 MSP sont en fonctionnement dans la région (soit 1 700 professionnels) et l’objectif de la Région est d’atteindre les 125.

Les locaux qui accueillent la maison de santé jouissent-ils donc du statut de centre de santé ? Bien sûr que non, précise Emeline Beaupère, rappelant que s’il s’agit là d’une cohabitation au sein de locaux et d’une articulation entre médecins pour prendre en charge notamment les soins non programmés, chaque structure conserve néanmoins son propre statut.
 

[Avec La Nouvelle République]

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE