L’hôpital a été l’épicentre de la crise du Covid-19 et de l’attention médiatique, tandis que les soins primaires sont restés dans l’ombre. L’objectif de l’enquête de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) était d’étudier comment les organisations de soins primaires, durant la première vague épidémique de mars à juillet 2020, ont contribué "par le bas" à la gestion de l’épidémie sur des territoires contrastés.

Une étude de cas multiple a été conduite sur six territoires anonymisés présentant des caractéristiques contrastées. Quatre-vingts entretiens ont été menés "à chaud" ou rétrospectivement entre mars et décembre 2020 auprès de membres d’équipes de soins primaires exerçant : en libéral dans des MSP, ou comme salariés dans un centre de santé associatif ; et avec leurs partenaires.

Avant même la pandémie, il existait une hétérogénéité entre ces territoires dans les dynamiques de coopération et de coordination entre les acteurs et les organisations, liée notamment aux configurations locales d'acteurs, aux projets qui les lient et à l'ancienneté de ces dynamiques. Ainsi, dans certains territoires, ces dynamiques ont été initiées il y a une dizaine d'années autour de la création de MSP. Dans d'autres, les dynamiques de coopération et de coordination sont plus anciennes, remontant aux années 1980 : une partie des acteurs, toujours présents aujourd'hui, avaient commencé à organiser les soins primaires dans une perspective de médecine sociale, ou de prévention et promotion de la santé, ou encore dans une logique de maintien des personnes fragiles à domicile.

La crise créé peu de dynamiques nouvelles

Concernant la première vague de Covid-19, certains constats sont transversaux : un premier mouvement a été de coopérer à l'échelle de son groupe professionnel, avec par exemple des professionnels paramédicaux qui ont dû fermer leur cabinet du jour au lendemain et qui ont proposé leurs services. Ensuite, la diversité des territoires et des acteurs (de soins primaires, hospitaliers, de collectivités territoriales) a entraîné une hétérogénéité dans les dynamiques de coordination. Par exemple, dans certains territoires, les établissements hospitaliers ont stoppé toute coordination avec les acteurs de soins primaires, alors que dans d'autres, l'épidémie de Covid-19 a permis d'accroître les relations avec l'hôpital et avec les collectivités locales. Ce que révèle l’enquête, c'est que ces évolutions partent toujours de l'existant : la crise ne crée pas de dynamiques nouvelles. Elle ne bouleverse pas non plus les hiérarchies existantes entre professionnels, ni entre les secteurs de la ville et de l'hôpital.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE