Une chance que le Dr Désiré Nanji soit à la fois coordinateur de la MSP d’Augeard et maire de la commune de Buzancy, où celle-ci a été construite. Sans cela, l’équipe n’aurait eu aucun accès à Internet ou au téléphone pendant plus de trois semaines, mettant en danger la santé des patients ainsi que l’équilibre de la toute nouvelle structure.

Revenons sur cette série de malchances :

Le projet de MSP d’Augeard est porté depuis 2018 par la Communauté de Communes de l'Argonne Ardennaise, qui est une zone sous-dotée. Son ouverture était très attendue dans cette commune de 350 habitants et son bassin de vie de 1 700 habitants (18 communes), qui reçoit, aux beaux jours, de nombreux touristes anglais et hollandais dans son camping. "J’étais depuis vingt ans le seul généraliste libéral, précise Désiré Nanji, ce qui est d’autant plus compliqué quand on doit gérer les urgences des vacanciers, à toutes heures !"

Le praticien a réuni dans la MSP une équipe bilingue, composée de deux généralistes, de deux infirmières, d’une sage-femme, d’une diététicienne et d’une psychologue. Deux assistantes médicales complètent l’équipe. Les 400m2 accueillent également l’ADMR locale ainsi qu’un logement de fonction pour un interne. La MSP a des plages horaires larges pour accueillir les touristes et travaille en coordination avec les pompiers, le SMUR et les urgences de l’hôpital.

Alors que les travaux s’achevaient fin avril 2021, la MSP devait ouvrir au public le 3 mai. "Les futurs patients étaient bien au courant et ont immédiatement voulu prendre des rendez-vous… ce qui a été impossible puisque, malgré tous nos efforts pour être opérationnels le jour J, l’opérateur Orange n’est pas parvenu à brancher la ligne de téléphonie !" Une situation qui a mis le Dr Nanji d’autant plus hors de lui qu’il s’agissait simplement de transférer l’ancienne ligne téléphonique de son cabinet… situé dans la même rue !

Les locaux de la MSP d'Augeard, à Bizancy (Ardennes)

Un système D qui s’est éternisé

La MSP n’a eu aucun accès à sa ligne téléphonique ou à une connexion internet… pendant trois semaines. Désiré Nanji a néanmoins trouvé plusieurs solutions : d’une part faire appel à son ancien télésecrétariat – que la MSP a donc dû rémunérer tout en continuant à salarier deux assistantes qui ne pouvaient remplir leurs missions – et d’autre part, donner accès aux locaux de la mairie, qui se situe en face de la MSP, pour que les professionnels puissent consulter l’agenda en ligne et passer quelques appels. Une situation ubuesque !

La connexion a enfin pu se faire fin mai, et tout aurait dû rentrer dans l’ordre. Sauf que…

En contact avec un responsable d’Orange, Désiré Nanji a exigé un geste commercial, qui lui a été assuré. Quelle surprise en recevant la facture en juillet, qui approchait des 300 euros et ne prenait pas en compte le préjudice subi. "On voulait nous faire payer plein pot un service que l’on avait pas eu", commente-t-il auprès de Concours pluripro.

Il décide de ne pas payer la somme avant que la situation ne soit éclaircie. Quinze jours plus tard, une lettre de rappel l’intime de régler sa dette. Il essaie en vain de joindre l’opérateur… qui coupe brutalement la ligne en plein mois d’août !

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE