Comment avez-vous eu l’idée de cette expérimentation ?

Dr Pierre-Jean Baudot : Tout est parti d’un questionnement ! Je voulais savoir s’il m’était possible de vacciner mes patients contre le Covid, en sachant que des infirmières libérales sont mobilisables au sein de la MSP. Mon objectif était d’éviter à nos patients de 75 ans en plus, ainsi qu’aux personnes à haut risque, d’avoir à effectuer 30 minutes de route pour se rendre au centre de vaccination le plus proche. Nous voulions leur offrir une réponse de proximité, volonté partagée par le CHU de Limoges, qui détient les doses de vaccins.

Néanmoins, la préparation du vaccin requiert un conditionnement et une préparation spécifiques. Et jusqu’à présent, la vaccination ne peut avoir lieu que dans des centres de vaccinations dédiés. J’ai donc sollicité l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine, qui m’a mis en lien avec le CHU de Limoges.

Dr Jean-Pierre Baudot, crédit J.-P. B

 

En quoi consistait l’expérimentation ?

L’équipe mobile gériatrique du CHU, composée d’un médecin et d’une infirmière, accompagnés du chef de service, nous a acheminé les doses de vaccins à la maison de santé. Elle nous a également formé – à savoir deux infirmières libérales, une interne en SASPAS et moi-même – à la préparation des vaccins.

En parallèle, j’ai pris contact avec l’équipe de la plateforme territoriale d’appui (PTA) du territoire, à qui j’ai fourni la liste des patients de la MSP susceptibles d’être éligibles à la vaccination. C’est elle qui s’est chargée de fixer les rendez-vous. Lors de la prise de contact par téléphone, elle a également posé aux patients des questions concernant leurs antécédents, leurs traitements et leurs éventuelles allergies. Les médecins et les infirmières amenés à les vacciner avaient ainsi à disposition toutes les informations les concernant.

 

Nous voulions offrir une réponse de proximité, volonté partagée par le CHU de Limoges
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE