Article publié dans Concours pluripro, novembre 2021

"Passe ton bac d’abord, puis reviens me voir si ça te branche toujours", lui avait lancé un pharmacien d’officine rencontré sur un forum des métiers, en 1978. Pour Gilles Conan, c’est tout vu : il vient de découvrir une profession qui lui donne "la possibilité de travailler avec des gens, pour des gens". C’est ça qu’il veut, "du contact humain". Un an plus tard, bac C en poche, il opte donc pour "pharma". Puis, pour l’officine, car "on est en direction du public et on a une ouverture sur d’autres métiers". C’est auprès du professionnel rencontré au forum qu’il fait ses classes, en Seine-et-Marne : d’abord en tant que stagiaire, puis comme recrue de week-end et de vacances, et enfin comme assistant. Son mentor étant mobilisé par son mandat de maire, il s’investit pleinement dans la pharmacie. "Ça m’a très vite donné l’envie de m’installer."

 

Du pluripro avant l’heure

En 1986, à 25 ans, il entame sa première vie officinale, à Tillières-sur-Avre, une commune rurale de l’Eure. "Seul pharmacien du patelin", il n’envisage pas une seconde d’oeuvrer dans son coin. Rapidement, il s’implique dans le collectif. En adhérant au Syndicat des pharmaciens de l’Eure. En s’engageant en politique, jusqu’à devenir maire, vice-président de la communauté de communes. Et en nouant des liens avec les rares professionnels de santé du lieu. Des jeunes qui, comme lui, ne comptent pas leurs heures pour améliorer l’offre de soins. "C’était informel, mais très efficace", se remémore Gilles Conan, la voix teintée de fierté. D’autant que son officine est au coeur de ce pluripro avant l’heure. Entre eux, des amitiés se créent : "On partait même en croisière ensemble aux Antilles !"

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE