Article publié dans Concours pluripro, mai 2022

                              

Source : Ramsay Santé

 

Le contexte

Avec 25 000 nouveaux cas de cancer estimés par an et 12 000 décès chaque année, la région des Hauts-de-France est particulièrement touchée par le cancer. Les cancers digestifs et les cancers du sein sont les deux plus meurtriers cancérologie Pôle Lille Métropole (groupe Ramsay Santé), qui englobe l’hôpital privé La Louvière, l’hôpital privé de Villeneuve-d’Ascq, l’hôpital privé Le Bois et la clinique de la Victoire, prennent en charge chaque année environ 2 000 patients en chirurgie du sein et digestive. Le recours à l’activité physique adaptée (APA) chez ces patients pendant la phase de traitement du cancer fait partie intégrante de la prise en charge.

"La littérature montre les bénéfices d’une telle pratique sur la qualité de vie, la gestion des effets secondaires liés au traitement, l’état de fatigue général et les risques de récidives", pointe Alexandra Lebrini, chef projet cancérologie. Les établissements proposent ainsi un programme de six séances d’APA conduit par un médecin du sport et animé par des coachs sportifs. Et après ? Le constat était qu’une fois en rémission, les patients ne poursuivaient pas cette activité, pour diverses raisons : manque de motivation, inégalité de l’accès aux ressources, manque de coordination et de partage d’information entre les différents intervenants, difficultés logistiques, problème de financement… "Il fallait trouver une solution pour proposer de l’APA pour tous, à la fois en présentiel et en distanciel", explique Alexandra Lebrini.

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE