Article publié dans Concours pluripro, mars 2022

Le 9 février, en se levant de son fauteuil, M. P., 65 ans, a effectué un faux mouvement vers l’arrière qui a provoqué une douleur cervicale intense. Il a fait un malaise, puis a présenté des vomissements. La douleur au niveau cervical a irradié au niveau frontal et est descendue dans le dos. Deux jours plus tard, devant une majoration de la douleur, il a appelé SOS Médecins. Le praticien a conclu à une cervicalgie et a prescrit du kétoprofène. À J + 3, sans franche amélioration, il vient vous consulter. Il en profite pour demander un bilan de santé car il ne consulte jamais, par manque de temps. Il dit souffrir souvent du rachis, avoir des douleurs abdominales fréquentes et se lever fréquemment la nuit pour uriner.

M. P. n’a pas d’antécédents personnels. Il ne suit aucun traitement, ne fume pas et n’a pas d’allergie. Côté antécédents familiaux, sa mère a eu un anévrisme cérébral (raison pour laquelle il a subi une IRM cérébrale en 2003 : normale) et son père est décédé d’une embolie pulmonaire.

 

Les étapes de l’anamnèse

- Apyrétique ; tension artérielle : 12/8 mmHg ; fréquence cardiaque : 80 batt/min.
- Cervicalgie avec irradiation de la douleur au niveau frontal. Douleur à la mobilisation de la tête.
- Examen neurologique sans anomalie : pas d’anomalie des paires crâniennes, pas de déficit sensitif ni moteur.
- Réflexes ostéotendineux positifs et symétriques.
- Pas de signe de Babinski.
- Pas de syndrome cérébelleux.
- Pas de signe méningé ni de photophobie.
- Le reste de l’examen est sans particularité.
- Devant une cervicalgie irradiant vers le crâne, le malaise et le vomissement, il est proposé au patient de l’adresser aux urgences. Il refuse, malgré les explications du risque encouru. Il lui est alors prescrit des corticoïdes, des antalgiques, un bilan sanguin pour éliminer toute cause infectieuse, car il signale tout d’un coup une fièvre mais ne sait pas depuis quand, et un arrêt de travail de trois jours.

tableau
Source : Céphalée aiguë et chronique chez l’adulte et l’enfant / collège
des enseignants de neurologie (www.cen-neurologie.fr/)

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE