Le cancer du sein touche plus de 58 000 personnes et est responsable de plus de 12 000 décès chaque année en France. En Île-de-France, le nombre de nouveaux cas est en légère augmentation (+6 %) par rapport à celui du territoire national. C’est une des raisons pour lesquelles le dépistage organisé de ce cancer mérite que l’on s’y attarde dans cette région... sachant que, selon l’Institut National du Cancer, lorsqu’il est dépisté à un stade précoce, ce cancer présente un taux de survie à 5 ans de 99%.

En 2021, 290 femmes dont la mammographie datait de plus de deux ans ont été dépistées à bord du camion d'Octobre Rose. Fort de ce succès, le véhicule itinérant est reparti sur les routes d'Ile-de-France grâce à un partenariat entre GE Healthcare, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers et Roche.

Pour réaliser un dépistage au sein du Camion d’Octobre Rose, les femmes concernées sont invitées à prendre rdv au préalable sur Doctolib et à se rendre à l’examen munies de l’invitation envoyée par le CRCDC. À bord du camion, des radiologues agréés au dépistage du cancer du sein et des professionnels de santé prendront en charge les examens.

Des activités de sensibilisation

Femmes, hommes, jeunes, proches... la prévention du cancer du sein est l’affaire de tous. Pour sensibiliser un public large, des activités sont proposées en dehors et au sein du camion. Au programme : 

• Ateliers pédagogiques Palp’Action. Les participantes vont faire la rencontre de Rosie : un buste en silicone, très réaliste, grâce auquel elles peuvent s’exercer à reconnaître tumeurs et autres nodules potentiellement révélateurs d’un cancer, et ainsi s’approprier les bons gestes de l’autopalpation.
• Rencontres et échanges avec les associations de patientes. Nos associations partenaires seront présentes pour partager des messages d’espoir et répondre aux questions des visiteurs.
• Atelier de lecture. Apprendre et comprendre le parcours de santé d’une personne atteinte d’un cancer du sein. Rencontre de Cecilia O., survivante du cancer du sein qui se confiera sur son expérience personnelle.
• Des rencontres sont également prévues avec les représentants territoriaux, les associations de patientes et les associations des quartiers

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE