Article publié dans Concours pluripro, septembre 2022

                              

Source : CPTS Pays de Lunel, Ameli

 

Le contexte

Plus de 800 passages aux urgences pour troubles psychiques chez les 18-24 ans en Occitanie pour le seul mois de mai 2022(1), une hausse des gestes suicidaires et des troubles, sans compter la détresse psychologique au travail ressentie par une grande partie de la population… Les besoins en repérage et en prise en charge de la santé mentale sont immenses. Nicolas Baudesseau, infirmier libéral à Saussines (Hérault), s’est spécialisé dans les soins de psychiatrie à domicile depuis 2007. Il vérifie notamment que les patients atteints notamment de schizophrénie ou de troubles bipolaires prennent bien leurs médicaments et ne se mettent pas en danger. "Plus largement, mon rôle est de leur permettre un maintien à domicile psychique et d’anticiper une crise éventuelle, précise-t-il. Cela signifie des temps de consultation longs, permettant de connaître l’histoire du patient, sa pathologie, de repérer les symptômes, d’anticiper une crise éventuelle…"

Au fil des ans, l’IDE constate une demande de plus en plus importante et un déficit de solutions, notamment quand il se retrouve face à un patient en décompensation psychotique. "On manque de psychiatres libéraux, d’infirmières formées en psychiatrie, le CHU est aussi débordé… Quelles réponses peut-on apporter sans passer par les urgences ?" S’il a développé des partenariats solides avec des structures et des professionnels du territoire, il insiste sur le besoin d’une meilleure coordination entre tous ces acteurs.

Le Dr Cédric Alinat, médecin généraliste à la maison de santé de Lunel et ancien président de la CPTS Pays de Lunel, fait le constat, pour sa part, de "difficultés pour accéder à un avis psychiatrique dans des délais raisonnables pour mes patients qui souffrent de troubles psychologiques, psychotiques et psychiatriques".

Les deux professionnels de santé intègrent, mi-2021, un groupe de travail animé par la CPTS, réunissant l’écosystème capable d’intervenir auprès des personnes en situation de handicap psychique à domicile de la communauté de communes de Lunel(2). Celui-ci comprend des auxiliaires de vie, des masseurs-kinésithérapeutes, des orthophonistes, des pharmaciens, des médecins généralistes, des associations d’aide à domicile, l’Association pour personnes en situation de handicap, le CMP, l’hôpital de jour ou encore la clinique psychiatrique Stella, qui compte huit psychiatres. L’objectif partagé est d’oeuvrer à un meilleur repérage de la fragilité aiguë, pour anticiper au maximum les crises de décompensation, et créer une culture commune, bienveillante et coopérative entre les acteurs concernés, de la psychiatrie mais aussi ceux de première ligne tels que les professionnels médicaux et paramédicaux, les auxiliaires de vie, les agents de police, les associations de proximité, les éducateurs spécialisés…

Après un premier état des lieux pour affiner les besoins et les réalités, le groupe de travail décide de définir des axes de travail communs pour améliorer le repérage et l’orientation des patients à travers l’élaboration d’un protocole pluriprofessionnel.

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE