La santé mentale des salariés est très dégradée. Entre renouveau des menaces de santé lié à la 7e vague de Covid-19 et craintes sur les perspectives économiques liées au retour de l’inflation et poursuite de la guerre en Ukraine, 41% d’entre eux qui se déclarent en détresse psychologique et 2,5 millions de personnes en burnout sévère, révèle le Baromètre de la santé psychologique des salariés français*.

"Depuis deux ans et demi, nous atteignons des niveaux de de détresse des salariés qui sont trois fois plus importants comparativement à l’avant crise sanitaire, s’alarment Christophe Nguyen, psychologue du travail et président d’Empreinte Humaine - cabinet spécialisé sur les risques psychosociaux et la qualité de vie au travail -, et Jean-Pierre Brun, co-fondateur d’Empreinte Humaine et expert conseil. Ce trouble psychosocial est spécifique aux salariés. Les arrêts maladies pour motifs psychologique risquent de continuer à augmenter dans les prochains mois avec un coût pour l’entreprise mais également pour la société dans son ensemble".

Les populations les plus à risque sont les jeunes avec 59% des moins de 29 ans, les femmes qui pointent à 46% et les managers à 43% de détresse psychologique.

 

Le télétravail en demi-teinte

Alors qu’il a été très largement célébré, un tiers des salariés interrogés déclarent que le télétravail n’est pas totalement bien installé dans leur entreprise et la moitié d’entre eux pensent qu’il reste pas mal de choses à régler pour bien mettre en place le télétravail dans leur organisation.
Quant aux managers, un tiers d’entre eux déclare que le télétravail les empêche de bien manager et 40 % déclarent comme une difficulté le fait de ne pas voir le travail se réaliser en télétravail.

Côté climat de travail, les salariés sont 43% à trouver que leurs collègues sont plus individualistes qu’avant et 35% qu’il y a davantage de conflits. L’état de la population générale a un impact sur l’agressivité que beaucoup dénoncent de la part des usagers, clients ou patients : ils sont ainsi 55% à dire que les clients, patients, usagers sont plus agressifs.

""travail
@Empreinte Humaine/OpinionWay

 

La question de l’augmentation de la charge de travail, parfois favorisée par le télétravail et le contexte de crise est présente pour 59% des salariés. Ils sont enfin 39% à déclarer qu’on leur donne des objectifs sans donner le sens ni l’utilité.

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE