En chiffres

4 à 5 % des classes d'âge sont concernées par les troubles du langage

1 % souffrent de troubles sévères

60 000 personnes sont atteintes de bégaiement en France

Source : ministère de la Santé

LE CONTEXTE

Le Pôle de santé Ouest Anjou, situé dans le département de Maine-et-Loire (49) à quelques kilomètres d’Angers, fait partie des pionniers de l’exercice pluriprofessionnel tel qu’appréhendé aujourd’hui par les autorités de santé. La MSP, pensée comme une expérimentation, a en effet été créée en novembre 2010 autour de 28 professionnels de santé.

Aujourd’hui, elle compte une quarantaine de professionnels de santé regroupés en Sisa, et répartis sur trois sites : Bécon-les-Granits, La Pouëze et Le Louroux-Béconnais. La structure réunit des médecins généralistes, des pharmaciens, des masseurs-kinésithérapeutes, un ophtalmologiste et un orthoptiste, des infirmières, une sage-femme, une psychologue, une diététicienne, une pédicure-podologue ainsi qu’un audioprothésiste. Elle fait partie de la CPTS Collectif santé des vallées du Haut Anjou (Colhaj).

Huit protocoles en cours

Au cours de son développement, le Pôle de santé Ouest Anjou a mis en place un certain nombre de protocoles. Huit sont actuellement actifs. En particulier, la MSP a créé un protocole de dépistage des troubles de la mémoire, en coordination avec le CHU d’Angers, ou encore des protocoles destinés aux enfants et adolescents. Les professionnels ont ainsi créé « L’été du dos », destiné à la prévention et la prise en charge adéquate de la  scoliose, et un protocole de repérage des troubles visuels chez les enfants. Pour les plus jeunes, et avant même la naissance, le protocole « Mon livre émoi » vient compléter la panoplie. Il a été créé en 2013 et révisé en 2015, et implique aujourd’hui la sage-femme Caroline Lacaze, et quatre orthophonistes, dont trois étaient présents au moment de sa création.

Il est destiné à la prévention des troubles du langage. « Le protocole s’appuie sur un projet qui existe déjà dans les maternités d’Angers », explique Caroline Lacaze. Mise en place il y a une dizaine d’années à l’initiative d’une association bretonne d’orthophonistes (À propos), puis déclinée un peu partout sur le territoire national, l’opération « 1 bébé, 1 livre » vise à sensibiliser les parents sur l’importance qu’ils tiennent dans le développement du langage de leur enfant, et sur l’intérêt de la lecture.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE