Article publié dans Concours pluripro, octobre 2022

C’est désormais acquis. L’environnement est un déterminant majeur pour la santé, particulièrement pour les femmes enceintes et les jeunes enfants durant les 1 000 premiers jours. Les périodes de la grossesse, du séjour en maternité post-accouchement et de la petite enfance sont des moments-clés où les structures de périnatalité et les professionnels de santé ont un rôle majeur à jouer pour prévenir et limiter les expositions environnementales. Pour y parvenir, sages-femmes, infirmières puéricultrices et auxiliaires de puéricultrice doivent être sensibilisés et formés afin de transmettre les bonnes pratiques aux futurs parents. C’est en ce sens que Écomaternité, programme territorial de maternités écoresponsables, a été mis en place par l’ARS Île-de-France et initié avec l’AP-HP, et se développe par étapes. Il concerne de nombreux établissements et s’inscrit plus largement dans les actions du 3e Plan régional santé environnement.

 

"Une réelle bouffée d’air"

Un plan de formation (de deux ou trois jours) est proposé aux acteurs engagés dans le programme. Il s’adresse aux soignants des maternités mais aussi aux administratifs, aux personnels des services achats, logistique, bionettoyage et restauration. Le niveau 1 (initiation et sensibilisation) touche un public composé à 90 % de soignants (sage-femme, puéricultrice, gynécologue-obstétricien et kinésithérapeute spécialisé). Si le niveau 2 permet de devenir ambassadeur en approfondissant les connaissances en santé environnementale, le troisième (niveau expert et accompagnant pédagogique) a pour but de savoir diffuser les connaissances auprès des futurs parents en animant des ateliers.

"Depuis le lancement des premières formations, nous avons bien identifié les besoins et les attentes des soignants, précise Lucie Garcia, cheffe de projet maternités écoresponsables, direction de la stratégie et de la transformation à l’AP-HP. Nous constatons que la démarche fédère les équipes. C’est une réelle bouffée d’air qui permet de se former et de se renouveler dans la maternité. Notre but est d’amener une prise de conscience et de réussir à embarquer tous les personnels dans une véritable dynamique." Depuis 2019, 200 soignants ont été formés à au moins un des modules, et plus de 250 le seront en 2022. Par ailleurs, de mai à septembre 2022, six maternités volontaires (Beaujon, Robert-Debré, Lariboisière, Port-Royal, Cash de Nanterre, Montfermeil) ont été accompagnées par le cabinet Habitat-Santé Environnement pour réaliser des audits d’évaluation des expositions environnementales, avec une attention portée aux perturbateurs endocriniens, notamment dans les salles de naissance.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE