Article publié dans Concours pluripro, janvier 2022

Sébastien Leroy
Sébastien Leroy, porte-
parole de l’association JNA
© Association JNA
 

La perte d’audition peut engendrer de la fatigue, du stress, de la nervosité. "C’est pourquoi il est nécessaire de préserver l’oreille en toutes circonstances", explique Sébastien Leroy, porte-parole de l’association JNA. En termes de prévention, les Français savent qu’il faut surveiller les dents, la vision, le coeur mais ils ne contrôlent pas systématiquement l’audition. "L’audition, en fait, on s’en occupe quand c’est trop tard, que l’on souffre d’acouphènes ou de perte auditive, dont la survenue est bien souvent évitable", regrette-t-il. Tous les actifs sont confrontés quotidiennement à des expositions sonores sources de stress acoustique : dans le tertiaire ou dans les boutiques, la fréquence peut atteindre 65 à 70 dB. Bruits de claviers, d’imprimantes, sonneries de téléphones, discussions en open space… ne sont pas à négliger et, à force de répétition, entraînent une fatigabilité. Dans le BTP, où le bruit des machines peut dépasser les 80 dB, l’oreille est en "danger imminent", avec des risques de surdité.

 

Protection contre le bruit

Contrairement aux yeux qui sont protégés par les paupières, l’oreille n’a pas de clapet. Il est donc d’abord préconisé de porter des protections contre le bruit. "On entend quand même ce qui se passe autour tout en reposant le cerveau", pointe Sébastien Leroy. Attention également à ne pas porter un casque audio ou des écouteurs toute la journée, car la musique, même à faible intensité, stimule l’oreille et contribue au stress acoustique. "La règle d’or est que les oreilles ont besoin de temps de récupération." Un autre conseil est de travailler sur les comportements individuels… car chacun est producteur de bruit.

À l’occasion de sa campagne annuelle "Bruit et santé auditive au travail", JNA organise des actions de sensibilisation et invite l’ensemble des acteurs de l’entreprise à se saisir de la réduction du bruit comme d’un enjeu stratégique transverse pour éviter toute souffrance physique et mentale. Les employeurs ont tout intérêt à oeuvrer pour une baisse des décibels dans leur entreprise afin de réduire la charge cognitive et la perte de concentration, d’éviter la baisse de productivité et les dysfonctionnements liés au bruit. JNA travaille également avec les médecins du travail pour aider au repérage des troubles auditifs, sachant que 1 Français sur 2 n’a jamais fait de bilan auditif !

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE