Alors que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a, depuis 2018, une nouvelle mission d’expertise pour la reconnaissance des maladies professionnelles, elle vient de rendre public un rapport de 368 pages sur le "Cancer de la prostate en lien avec les pesticides incluant le chlordécone".

L’expertise de l'Anses conclut à une relation causale probable entre le risque de survenue du cancer de la prostate et l’exposition à ces pesticides (qui regroupent les produits phytopharmaceutiques, les biocides, les antiparasitaires externes à usages vétérinaire et humain. L’ensemble des éléments scientifiques développés dans cette expertise apporte des éléments en faveur de la création d’un tableau de maladie professionnelle dans les régimes agricole et général.

Rappelons qu’au total, le cancer de la prostate représente aujourd'hui 25 % des cancers masculins. Il est le premier cancer tous sexes confondus. Un homme sur 8 développera un cancer de la prostate avant l'âge de 75 ans, selon l’Association française d’urologie. Surtout, c’est une pathologie qui progresse chaque année de + 4,8 % de cas, selon une étude l’Association française d’urologie. C’est une maladie multifactorielle dont les principaux facteurs de risque connus à ce jour sont l’âge, les antécédents familiaux et l’origine ethnique. D’autres facteurs, notamment environnementaux, sont suspectés en particulier l’exposition aux pesticides.  

Le lien de causalité entre l’exposition aux pesticides et la survenue du cancer de la prostate a été évalué. Pour cela, l’Anses s’est basée sur l’expertise collective de l’Inserm de 2013 et sa mise à jour de 2019 ainsi que sur les dernières publications scientifiques notamment en épidémiologie ou toxicologie. Plusieurs études montrent des excès de risque chez les travailleurs exposés aux pesticides et un rôle de ces derniers dans la cancérogénèse de la prostate.

 

Au-delà de leur fabrication ou de leur emploi, les travailleurs peuvent être en contact avec des articles, surfaces ou animaux traités par ces produits
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE