Au sein du cabinet Stimulus, spécialisé dans la santé au travail, une trentaine de psychologues cliniciens se relaient pour tenir la ligne d'écoute, un numéro anonyme et gratuit accessible 24h/24 et 7 jours sur 7. Ils s'adressent aux "plus de 500 clients" du cabinet - des entreprises de toutes tailles et assureurs partout en France -, explique à l'AFP Victoria Tchakmazian, dans les locaux du cabinet dans le centre de Paris.
Les problématiques sont parfois d'ordre privé (deuil, problèmes de couple...), ou professionnelles, ces deux sphères ne pouvant être "différenciées de façon imperméable", précise la responsable du pôle de soutien et accompagnement psychologique.

Pendant la pandémie de Covid-19, avec l'angoisse de la maladie ou les problématiques liées au travail à distance, la ligne d'écoute a connu des années "exceptionnelles". Il y a eu "plus de 45 000 appels en 2021" contre environ "32 000 en 2019", explique Victoria Tchakmazian. Depuis, le volume est un peu retombé, mais sans retrouver les niveaux d'avant-crise.
 La psychologue n'y voit pas forcément une mauvaise nouvelle : "on a beaucoup parlé de santé mentale", ce qui a rendu "moins tabou" le fait de faire appel à un professionnel. Les employeurs ont aussi davantage communiqué sur la ligne ou "souscrit" à ses services, explique-t-elle.
 

Une anxiété ambiante

Et si "la crise aigüe du Covid est passée (...), d'autres angoisses émergent", liées à la guerre en Ukraine arrivée alors que les gens avaient "à peine eu le temps de dire ouf", aux questions climatiques ou encore de pouvoir d'achat... "Il y a une anxiété ambiante, mais moins que ce qu'on a pu connaître pendant le pic" du Covid, relève Marie, une des psychologues de Stimulus.
Reste que la santé mentale des salariés est un sujet dont il faut "s'occuper", insiste Victoria Tchakmazian, pour qui de tels dispositifs devraient être présents dans les entreprises comme le sont les "fontaines à eau".

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE