Article publié dans Concours pluripro, septembre 2022

L’observatoire Evrest est un dispositif de veille en santé au travail fondé sur un questionnaire court qui permet d’analyser et de suivre différents aspects du travail et de la santé de salariés au fil du temps. Ce dispositif vise, d’une part, à constituer une base nationale à partir d’un échantillon de salariés parmi ceux vus en visite périodique de santé au travail et, d’autre part, à permettre à chaque médecin ou équipe de santé au travail de produire et d’exploiter ses propres données pour enrichir la pratique de prévention et les réflexions sur le travail et la santé au niveau d’une collectivité de travail. Cet outil a été créé par des médecins du travail et des chercheurs, et mis à disposition des médecins du travail dès 2008 puis des équipes pluridisciplinaires à partir de 2012. Il contribue, par l’apport de résultats collectifs, à alimenter les échanges entre infirmières et médecins du travail, et fait partie du diagnostic "santé" de l’entreprise.

 

Réalisation d’un Evrest "coup de poing"

Prenons pour exemple le Dr Bénilde Feuvrier, qui travaille en équipe avec Séverine Jacques, infirmière en santé-travail, au sein du service de prévention et de santé au travail Opsat en Franche-Comté. À l’occasion d’une réunion de coordination de l’équipe de santé au travail, la première fait le constat que, lors des dernières visites de reprise et visites occasionnelles, les retours des salariés de l’Ehpad X sont particulièrement négatifs. L’infirmière, quant à elle, a constaté que les salariés de l’établissement ne vont pas bien. Dans ce contexte, la réalisation d’un Evrest "coup de poing" est proposée à l’employeur. Celui-ci donnera lieu à un diagnostic objectif du vécu au travail et de la santé des salariés de cet Ehpad. Cet Evrest "coup de poing" est mis en place sur une courte période afin d’apporter une réponse à un événement plutôt aigu. Après accord de l’employeur et présentation à la Commission santé, sécurité et conditions de travail (CSST), la mise en place de l’ "Evrest en entreprise" à l’Ehpad est coordonnée au sein de l’équipe par l’infirmière et l’assistante. Le travail d’organisation pratique (définition des dates, du lieu des entretiens, du planning…) nécessite une collaboration interne et une grande adaptabilité. La mise en place de cette organisation permet un recueil des questionnaires sur une période de quinze jours.

L’Ehpad compte 72 salariés au moment de la réalisation de l’ "Evrest en entreprise". Soixante-quatre salariés pourront être vus et interrogés soit à l’occasion de leur visite périodique, soit lors d’une visite occasionnelle. La majorité des entretiens sont réalisés par l’infirmière de santé au travail, qui prend soin de relever les verbatims des salariés. Vient ensuite la phase d’analyse des questionnaires et de préparation de la restitution à l’employeur. Bénilde Feuvrier utilise les outils de récupération et de descriptif de données disponibles sur le site Evrest pour préparer la présentation. Cette phase de réflexion nécessite à nouveau une réelle coordination au sein de l’équipe. Il s’agit d’une phase importante dont les conséquences pourraient être graves pour le climat social de l’établissement si elle n’est pas réfléchie. À cette occasion, la consultation des verbatims qui ont été saisis fournit à l’employeur une expertise objective des résultats.

Ainsi, à la question "Faire des choses que vous désapprouvez", 39 % des salariés interrogés répondent "oui" ou "plutôt oui" (contre 22 % à l’échelle nationale dans le secteur médico-social). Le relevé des verbatims permet à l’équipe de l’Opsat d’expliquer à l’employeur ce que représente cette réponse à l’Ehpad : elle est en lien avec la qualité empêchée ("Ne pas pouvoir prendre en charge les résidents comme les salariés pensent devoir le faire").

Evrest permet également aux professionnels de la santé au travail de disposer de données de santé. Concernant cet établissement, les données de santé confirment le ressenti de Séverine Jacques à l’occasion des entretiens périodiques, en apportant cette fois une quantification objective. L’histogramme (voir ci-dessous) montre le niveau de "fatigue, lassitude" des salariés ressenti à cette période : 52 % des salariés interrogés rapportent une fatigue, lassitude impactant le travail (contre 15 % à l’échelle nationale).

Dans les suites de cet Evrest entreprise, l’Ehpad s’est engagé dans un projet d’évaluation des risques psychosociaux accompagné par l’ergo-psychologue du service de prévention et de santé au travail Opsat.

 

* L’auteure déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE