"Début 2022, on s’est lancé un défi : mettre en commun les données des services de prévention et de santé au travail interentreprises (SPSTI) et les exploiter collectivement", relate Florence Thorin, directrice générale de l'APST18, l'Association interentreprises de prévention et de santé au travail du Cher. Car jusqu’ici, ni les données des rapports annuels ni les données plus fines des expositions aux risques n’avaient fait l’objet d’un traitement collectif et national. Six mois plus tard, c’est désormais chose faite : le groupe pilote du baromètre a dévoilé, le 15 juin, les premiers résultats de ce baromètre national qui dresse une cartographie inédite des risques professionnels encourus, profession par profession. Neuf SPSTI, services auxquels est confiée la surveillance de l’état de santé en entreprise, sont impliqués dans cette démarche, tous utilisateurs de Padoa, plateforme de suivi des salariés. "Mais à terme, peu importe le logiciel métier utilisé, nous envisagerons que tous les SPSTI puissent mettre en commun leurs données, insiste le Dr Vinh Ngo, directeur général du Ciamt. C’est là tout l’intérêt de la promotion de la prévention primaire par la transformation numérique des services."

 

Est-ce que l’employeur évalue correctement les risques ?
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE