"L’endométriose est  une pathologie qui touche 10 % des femmes avec une errance diagnostique de plusieurs années", explique le Pr Vincent Lavoué, chef de service de gynécologie au CHU de Rennes-Hôpital Sud, l'un des membres du tout nouveau réseau Endobreizh, dédié à la la prise en charge des patientes bretonnes atteintes d'endométriose et lancé au mois de septembre 2021 avec le soutien de l’Agence régionale de santé (ARS). Ce réseau a pour but d'identifier des médecins de soins primaires et de soins secondaires. 

L’association se veut fédératrice d’une prise en charge graduée et multidisciplinaire de l’endométriose au niveau des quatre départements bretons. Elle passera par un maillage des soins s’articulant autour de la patiente afin  :

> d'améliorer la détection des patientes,
> de faciliter les échanges entre professionnels,
> d'organiser le suivi,
> de favoriser le soin de proximité.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE