Après 8 mois de travaux, une nouvelle maison médicale ouvre à Saint-Jean-de-la Ruelle. Cette commune du Loiret de 17 000 habitants était déjà dotée d'une MSP, "Les Chaises", ouverte en novembre 2020. La nouvelle structure, installée dans le quartier sud est composées de trois bâtiments modulaires qui accueillent trois cabinets médicaux.

Dans un premier temps, deux praticiens libéraux cohabiteront : le Dr Adrien Para, médecin généraliste et le Dr Zaïneb Chraïbi, gynécologue, qui exerçait depuis décembre dernier dans un cabinet médical à proximité. À partir de novembre, quatre généralistes viendront de la maison de santé des Chaises, sur leur temps de repos, peut-on lire dans La république du Centre. Des internes seront également accueillis en stage. Mais ces renforts ne seront que temporaires. La durée n'a pas été définie. "L'originalité de cette structure, c'est la coopération avec les Chaises", souligne Christophe Chaillou, maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle. Enfin, un assistant médical et une infirmière de pratique avancée (IPA) devrait bientôt les rejoindre.

Sélectionner les patients

Pour éviter une ruée de la patientèle et un appel d’air ingérable, la prise de rendez-vous sera progressive. En ligne, pour commencer - sur Easydoct pour le généraliste dont le compte sera très bientôt opérationnel et Doctolib pour la gynécologue - précise le quotidien régional. "Priorité sera donnée à ceux qui n’ont pas de médecin traitant", a expliqué Véronique Desnoues, première adjointe en charge de la santé. 

Ce qui impliquera donc de "sélectionner les patients". Adrien Para passera par un questionnaire en ligne ou en version papier (via le secrétariat) : "En fonction des motifs invoqués, ils seront recontactés sous 15 jours", explique-t-il Cela vaut pour les malades chroniques, notamment.

Mais sa consultation sera principalement tournée vers les soins non programmés. Le médecin généraliste y consacrera 15 créneaux par jour. Les dix autres créneaux quotidiens seront réservés aux paramédicaux : le praticien est en effet en train de monter une Équipe de soins primaires (ESP). Il travaillera ainsi main dans la main avec des pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes et infirmières libérales du secteur qui, via une téléconsultation, présentent un patient au médecin généraliste.

[Avec La république du Centre]

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE