« Maison santé-sport ». C’est la dénomination qu’avaient choisie les professionnels de santé d’Uni’Med à sa création, en novembre 2018. La MSP de Neuilly-Plaisance (Seine-Saint-Denis) a, dès le départ, décidé d’orienter sa pratique médicale vers la prévention, l’activité physique adaptée (APA) et le sport, de manière plus générale. Cette affinité et cette conviction que l’activité physique devait prendre sa place dans l’accompagnement des patients ont dirigé leur philosophie d’exercice et tombent dans le mille de la stratégie gouvernementale, annoncée par la suite, en mars 2019 : avant 2022, les ministères de la Santé et des Sports se sont fixé un objectif de 3 millions de pratiquants sportifs supplémentaires.

C’est « un levier majeur de prévention et de traitement des principales pathologies sévères (cancers, maladies cardiovasculaires, diabète...) et des facteurs de risque des maladies chroniques (surpoids et obésité, hypertension artérielle) ». Cette profession de foi a été rappelée par le gouvernement en janvier 2020 à l’annonce de la première promotion de « Maisons sport-santé ». Ce label regroupe pour l’instant 138 associations, clubs de sport, quelques hôpitaux et pôles de santé. Et une MSP : Uni’Med, qui avait seulement mis « santé » avant « sport ». « L’ARS nous a d’ailleurs fait la remarque », s’en amuse Amina Fouzai, médecin généraliste et du sport de la MSP.

Prévention, prescription, dépression

Lombalgies, diabète, pathologies cardiaques et respiratoires… Les pathologies fréquemment rencontrées dans leur patientèle variée au niveau médical comme sociologique sont un terrain favorable pour l’APA, dans une zone sous-dotée en médecins.

« Pour beaucoup de patients, se lancer dans l’activité physique est la principale difficulté, parce qu’ils ne savent pas qu’ils le peuvent, ou ce qu’ils peuvent faire, explique Amina Fouzai. D’autres, au contraire, ont la motivation mais aggravent leur état ou créent d’autres pathologies, car ils manquent d’accompagnement. » Cet accompagnement, ils le trouvent avec les professionnels d’Uni’Med et des alentours. « Le but, c’est la prévention et la réduction des traitements, mais l’activité physique a d’autres bienfaits, souligne le Dr Fouzai. Elle permet de réduire la dépression, mais aussi tout simplement l’isolement des personnes en les incluant dans des activités de groupe. »

Un investissement récompensé ?

Mais jusqu’à présent, les capacités d’action restent limitées, en dehors de la prévention réalisée en cabinet : le temps consacré à l’APA est bénévole, et la MSP, qui ne dispose pas de matériel, doit compter sur la générosité des associations ou des infrastructures mises à disposition pour les séances personnalisées. « On fait avec les moyens du bord », résume la généraliste.

Le label ministériel assure un accompagnement qui reste pour l’instant un peu flou. Les mutuelles commençant à rembourser la pratique sportive, des accords seront-ils prévus dans ce sens ? Un accompagnement logistique pourrait être incité, et peut-être même un financement pour les coachs sportifs, du matériel ou la location de salles… Mais pour l’instant, les professionnels de la MSP Uni’Med se réjouissent de ce label qu’ils prennent comme une reconnaissance de leur travail et de leur investissement.

Jamais en panne d’énergie pour de nouveaux projets, ils sont également impliqués dans un projet de CPTS sur les communes de Neuilly-Plaisance et de Neuilly-sur-Marne, pour l’instant à l’état embryonnaire. Nul doute que l’activité physique fera partie du projet de santé.

Fiche d'identité

Localisation : Neuilly-Plaisance (93)

Création : novembre 2018

Personnel : 4 médecins généralistes, 2 kinés, 2 infirmières, 1 secrétaire, 1 coordinateur

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE