Article initialement publié sur egora.fr


Grèves, manifestations, "vendredis de la colère"… La colère monte dans le monde de la santé. Voguant de crise en crise, le ministre de la Santé garde pourtant le cap : refonder le système de santé. Sur la 4e année d'internat de médecine générale ou sur les économises demandées aux biologistes, François Braun se dit prêt à "discuter des moyens" mais refuse de transiger sur les objectifs à atteindre.

 Crise des urgences : la majoration à 15 euros prolongée

L'évaluation par l'Igas des mesures de la "mission flash" sur les urgences est "positive" a révélé François Braun. Ces mesures, parmi lesquelles la régulation de l'accès aux urgences, ont permis "pour la première fois depuis dix ans de diminuer la fréquentation des SAU, entre 5 et 6%", a souligné le ministre de la Santé. "Toutes les mesures sont prolongées, sauf une, l'ouverture des maisons médicales de garde le samedi matin" a-t-il ajouté. Le ministre s'est notamment dit "satisfait" de la majoration de 15 euros pour les actes de soins non programmés réalisés sur régulation. Les négociations conventionnelles seront l'occasion de revenir sur les dispositions de l'avenant 9 concernant le SAS.

Grève pour la hausse du C : "Je n'exclus rien"

Réunissant plus de 11 000 médecins libéraux, le mouvement Médecins pour demain appelle à fermer les cabinets les 1er et 2 décembre afin d'obtenir une consultation de base à 50 euros. "Je suis prêt à les rencontrer", a déclaré François Braun… tout en déplorant qu'ils n'en aient pas fait la demande. Sur le tarif de la consultation, le ministre de la Santé renvoie la balle dans le camp des partenaires conventionnels. "Je n'exclus rien mais nous serons dans une logique de droits et de devoirs, a-t-il insisté. Vous connaissez mes objectifs de lutte contre toutes les inégalités d'accès à la santé et il va falloir que mes collègues libéraux y participent."

4e année d'internat de médecine générale : "Je maintiens la cible"

Alors que les organisations étudiantes appellent à une nouvelle journée de manifestations le 17 novembre, le ministre de la Santé campe sur ses positions. "Depuis 2017, les représentants des étudiants nous disent tous qu'ils ont une formation qui est mal ficelée, incomplète, notamment en pédiatrie. Cette 4e année est d'abord une année de formation complémentaire en pédiatrie, gynécologie, gestion d'un cabinet…", a-t-il plaidé, assurant que cette année supplémentaire allait "accélérer l'installation" et non pas la "retarder".  "Je l'ai dit dès le départ, je veux que ce soit un exercice en ambulatoire, prioritairement en zone sous-dense, je ne change pas ma ligne", a-t-il insisté. Toutefois, un amendement au PLFSS met en place une dérogation : "exceptionnellement", pour des parcours de formation atypiques, l'un des deux stages pourra être réalisé "en milieu hospitalier".

Grève des biologistes : une attitude "inacceptable"

François Braun a de nouveau dénoncé l'attitude "inacceptable" des biologistes libéraux qui ont cessé de transmettre les résultats des tests Covid sur la plateforme Sidep la semaine dernière, pour protester contre les économies demandées dans le PLFSS 2023, avant de saluer leur retour à la table des négociations… Retour de courte durée puisqu'à l'issue d'une première rencontre avec la Cnam ce lundi, les représentants du secteur ont appelé à la grève à compter du 14 novembre. "Avec un excédent brut d'exploitation de plus de 3 milliards d'euros, je pense qu'ils peuvent faire un effort de 250 millions", a estimé François Braun. Reste à définir les moyens d'y parvenir : ajustement du B, part sur les "profits" Covid… Grève ou pas, les discussions devront "aboutir", martèle le ministre de la Santé. "J'assume totalement les cibles que je donne aux différents partenaires."

En tant que médecin urgentiste, l'exercice coordonné fait partie de mon ADN
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE