Article publié dans Concours pluripro, mai 2022

C’était en 2017. La petite sphère soignante des réseaux sociaux se demandait avec intérêt quelle spécialité allait choisir AviScène, l’externe le plus liké de France, dont les vidéos croquaient avec humour les bonheurs et les malheurs d’un étudiant en médecine. Ce fut la médecine générale, à la grande satisfaction de bien des représentants de cette spécialité, très active sur les réseaux sociaux. Cinq ans plus tard, AviScène a grandi, mais il attire toujours autant les regards : il poursuit son activité de vidéaste, qu’il a orientée vers la vulgarisation, et l’annonce, début 2022, de sa prise de poste dans un centre de santé parisien a suscité une certaine fierté chez les défenseurs de l’exercice coordonné.

Mais il en faudrait plus pour monter à la tête de ce natif de Tourcoing, dans le Nord : "Bien sûr, je vois que mes activités sont commentées sur les réseaux, que je suis un peu suivi dans le milieu médical, mais il n’y a pas vraiment de répercussion dans la vie de tous les jours." Tout juste admet-il qu’il lui arrive (rarement) d’être reconnu dans la rue et (un peu plus souvent) à l’hôpital. De toute façon, Walid Mekeddem est plutôt du genre à avoir la tête sur les épaules : il mène son petit bonhomme de chemin, relativement indifférent à la rumeur publique.

Une fois son diplôme en poche, ce chemin l’avait d’abord conduit vers la médecine libérale. "J’ai alterné les remplacements dans différents cabinets pendant un an dans le Nord. Contrairement à certains qui se limitent à quelques cabinets, j’ai essayé d’en voir autant que possible, pour avoir une idée de ce qui se fait." Résultat, il voit des endroits où les choses lui plaisent, et d’autres où il se sent moins à l’aise… De cette expérience, il tire au moins une conviction : "J’ai compris que si je voulais être à 100 % satisfait en libéral, il fallait que j’aie mon propre cabinet, probablement en maison de santé, mais avec mon propre fonctionnement, car il est important pour moi de faire les choses à mon image." Résultat : au bout d’un an à écumer son département natal, le jeune homme sent qu’il a besoin de renouveau et dirige ses pas vers la capitale.

Bio express

>  2015 : Externe, il commence à publier des vidéos sur Facebook, puis sur YouTube
>  2017 : Choisit la médecine générale
>  2020 : Diplômé, il commence à faire des remplacements dans le Nord
>  2021 : Entame de nouvelles collaborations, notamment "C Jamy" sur France 5. Il oriente son activité de vidéaste vers la vulgarisation médicale
>  2022 : S’installe au centre de santé Kersanté du XIXe arrondissement de Paris

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE