Audrey Hérault est une professionnelle heureuse. Depuis 2018, elle exerce au sein de la MSP de La Présentation, à Fleury-les-Aubrais (45), comme infirmière Asalée. Ce dispositif d’action de santé libérale en équipe existe depuis 2004 : c’est le protocole de coopération entre professionnels de soins en ville le plus ancien. Ce qu’il permet ? Un accompagnement individuel proposé par une infirmière, en complément de la prise en charge médicale, dans le cas d’un diabète de type 2, de la prévention du risque cardiovasculaire, du suivi tabagique lorsqu’il y a un risque de BPCO, et d’un repérage de troubles cognitifs chez les personnes âgées. "Je m’adapte aux envies et besoins des patients, au cours de consultations assez longues, détaille celle-ci. Les médecins leur proposent de venir me voir. Certains me sollicitent très régulièrement, d’autres tous les trois mois, d’autres moins souvent… Je leur propose un accompagnement au plus près de leurs besoins, et par ce biais, les médecins traitants peuvent également mieux suivre les parcours de soins..."

Dans un contexte de difficultés d’accès aux soins, les protocoles de coopération sont de plus en plus encouragés. Le 7 septembre dernier, dans son rapport sur l’organisation des soins de proximité, le Hcaam se positionne en faveur du développement de ces délégations de compétences encadrées : "Il faut tirer le meilleur parti des compétences de chaque profession, accroître la productivité du système de façon à soigner plus de patients avec des effectifs de médecins en diminution. Les activités de soins peuvent être organisées différemment avec d’autres professionnels, pour que chacun se concentre sur les activités correspondant à son niveau d’expertise."
 

Lire aussi "Soigner plus de patients avec moins de médecins" : le HCAAM présente ses propositions pour améliorer l’organisation des soins de proximité"
 

Il s’agit donc de favoriser ces partages entre professionnels de santé, en s’appuyant sur un cadre réglementaire - essentiel - qui permet d’établir la différence fondamentale entre la délégation de compétences et le glissement de tâches, qui échappe à tout garde-fou juridique.

 

Il s’agit de résoudre une problématique en équipe et réfléchir à qui fait quoi, dans quels cas…
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE