"La douleur physique est une chose qui engendre le désarroi de la façon la plus terrible". La citation de la romancière japonaise Hiromi Kawakami était inscrite en exergue du dossier de présentation de la table-ronde nationale douleur, organisée par l’Aflar (Association française de lutte antirhumatismale) le 18 octobre, au Sénat. En effet, "la douleur constitue un véritable problème de société, a pointé Françoise Alliot-Launois, présidente de l’association, tant par le nombre de personnes concernées que par l’importance de ses enjeux : elle a été trop longtemps ignorée et encore aujourd’hui sous-évaluée". Elle a rappelé que la douleur chronique touche 30 % de la population française, toutes causes confondues, enfants et adultes, hommes et femmes, et est pour 20 millions de Français source de handicap, d’inactivité, d’isolement social. Cette douleur a également un impact socio-économique massif, induisant une forte consommation de soins et un absentéisme professionnel.

Pour Catherine Deroche, sénatrice, présidente de la commission des affaires sociales du Sénat, la douleur a souvent été considéré comme "un mal nécessaire" et dès lors négligé. "Et 7% des  millions des personnes qui souffrent de douleur chronique ne reçoivent pas de soins. Il y a une errance diagnostique et thérapeutique". Pourtant, ce n’est pas faute que son traitement soit inscrit dans les textes, a rappelé la sénatrice : la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé induit que "Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée", le Plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur 2006 – 2010, la note de cadrage de la Haute autorité de santé sur le Parcours de soins d’un patient douloureux chronique en 2019… "Il semble que ces recommandations ne sont pas encore assez diffusées auprès des professionnels de santé. Or la douleur ne peut pas être traitée en silo."

 

Les besoins et les attentes des patients

"La douleur chronique, c’est une consultation sur deux", témoigne le Dr Julien Le Breton, médecin généraliste et président de la Société française de médecine générale. Et c’est un défi clinique pour nous car il et souvent compliqué d’en identifier la causece qui peut être source de démotivation et d’épuisement à la fois du côté du médecin et du patient. Il faut éviter l’escalade thérapeutique tout en répondant aux demandes du patient qui consulte pour qu’on lui apporte une réponse immédiate pour atténuer sa douleur". Selon lui, la solution réside dans une approche pluripro basée sur le vécu et l’expérience du patient. "On va essayer de créer une alliance thérapeutique afin de le prendre en charge de manière globale : approche psychosociale, éducation thérapeutique du patient mais aussi intervention d’une équipe de soins primaires, comprenant une IPA, un psychologue, un travailleur social, un kiné, une diététicienne, des activités sportives adaptées… "

Marie-Odile Guillon, infirmière libérale et membre de la CPTS de Compiègne, renchérit : "On travaille trop en silo ! N’oublions pas que l’infirmière est incontournable dans la prise en charge de la douleur. Elle peut accompagner, soulager… Mais pour cela, il faut que tous les professionnels arrivent à travailler ensemble et partagent ce qu’ils constatent chez les patients". Même son de cloche chez Yvan Tourjansky, président de l’URPS masseur kinésithérapeute Ile-de-France, membre de la CPTS de Meudon, qui considère que les patients sont "orientés trop tardivement chez les kinés. Or, quand la douleur devient souffrance, cela devient difficile de travailler avec le patient, qui a dépassé le seuil de la possibilité de mouvement. Mieux faire connaître notre métier et nos compétences sur un territoire pourrait améliorer ce travail coordonné."

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE