Article publié dans Concours pluripro, janvier 2022

Opérant sur la côte est des États-Unis à partir d’une implantation fondatrice dans le Massachusetts, le Harvard Pilgrim Health Care est une organisation de soins à but non lucratif, qui sert à ce jour près de 3 millions d’adhérents. L’organisation qui prévaut aujourd’hui résulte d’associations/fusions successives entre plusieurs assurances santé ; on peut simplement retenir qu’à l’origine, au début des années 1970, le Harvard Pilgrim était né d’un rapprochement – qui peut paraître surprenant – entre une assurance santé et l’école de médecine de Harvard.

Un large offre de soin, un seul "SI"

Les patients du Pilgrim, qui se répartissent sur cinq États américains, ont aujourd’hui accès à près de 80 000 médecins (nombre d’entre eux travaillant à temps partiel pour Harvard Pilgrim) qui exercent dans plus de 150 établissements hospitaliers, dans des centres ambulatoires et même dans des structures mobiles. Sont également accessibles aux 3 millions de patients adhérents des soignants, des accompagnants, des travailleurs sociaux et aussi des structures dédiées, comme celles par exemple qui proposent des programmes de prévention (habitudes alimentaires, activité physique ou tabagisme, etc.) ou bien des programmes de réhabilitation. L’ensemble de ces professionnels étant reliés par un système d’information (SI) comportant pour l’essentiel une messagerie sécurisée et l’accès au dossier de chaque patient adhérent (ou du moins à des extractions pertinentes selon le domaine de compétences des uns ou des autres).

Les patients eux-mêmes ont également accès à ce système d’information, en particulier à toute une série de fonctionnalités qui, pour l’essentiel, visent à l’efficience de leur consommation de soins (depuis le suivi de rendez-vous jusqu’à l’observance thérapeutique). Dans ces conditions, il est largement plus aisé de suivre de véritables "parcours de soins" fluides et sans ruptures…

À l’évidence, de telles organisations sont possibles parce que les opérateurs comme le Harvard Pilgrim Health Care (ou d’autres, publics ou privés, à l’image du Kaiser Permanente, avec ses 13 millions d’adhérents ou encore la Veterans Administration) sont libres d’organiser les choses et ne sont pas contraints par des questions de statuts – comme cela peut l’être en France – à pérenniser une distinction entre l’hôpital et l’ambulatoire, entre le sanitaire et le social.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE