L’éducation thérapeutique du patient est au cœur du projet de santé de la MSP de Breteuil (Oise). Alors que la structure n’a ouvert qu’en 2019, ses membres – des professionnels de santé du territoire qui pour la plupart ne se connaissaient pas – ont été réunis pour suivre la formation de 40 heures autour du "Patient atteint du diabète". "L’objectif était de créer du lien et une cohésion d’équipe avant de commencer à travailler ensemble", se souvient Muriel Michaud, psychomotricienne. À l’époque, cette équipe ne compte qu’une vingtaine de personnes. Ils sont aujourd’hui une cinquantaine - en comptant les spécialistes vacataires - à prendre en charge la population du territoire, au sein d'un ancien château de l'abbaye bénédictine datant du XIIe siècle.

Lire aussi "La MSP de Breteuil, une vie de château"

Ce n'est qu'en 2022 que sept professionnels formés à cet ETP proposent à des patients diabétiques non insulino-dépendants de s’engager dans un programme pour devenir acteurs de leur maladie chronique, mieux connaître ses complications et pouvoir être plus autonomes dans la vie quotidienne. "Cela intéresse les malades de Breteuil qui ont beaucoup moins de facilité à accéder à cet accompagnement en groupe que dans les grandes villes ou les secteurs plus urbains", explique Muriel Michaud, qui a rapidement adhéré à cet "autre exercice professionnel, où on ne se présente plus comme psychomotricien – ou kiné, médecin, diététicien, podologue… – pour se mettre en lien avec le patient, davantage dans un rôle d’animateur que de formateur, avec des mises en situation, des jeux de rôle….  Et même si au départ je ne me trouvais pas légitime pour parler du diabète dont je ne connaissais pas grand-chose, j’ai vite changé d’avis".  
 

Des obstacles à relever

Néanmoins, la mise en place des ateliers n'est pas aussi simple qu'il n'y parait : il faut recruter puis fidéliser les patients, coordonner les professionnels et gérer l’organisation des ateliers… sans oublier de remplir l’importante documentation requise par l’ARS pour que ces séances soient financièrement compensées pour les professionnels qui se dégagent du temps pour les animer. L’abbaye de Breteuil relève tous ces obstacles et s’engage dans d’autres programmes développés par l’ARS des Hauts-de-France : "Surpoids et obésité de l'enfant et de l'adolescent : prévenir, repérer, accompagner", "Lib’Air" sur la prise en charge de la BPCO et "À cœur" pour la prévention des risques vasculaire. En 2023, une formation des soignants est prévue pour l'ETP "Chirurgie bariatrique de l’adulte" afin qu'il soit proposé aux patient courant 2023.

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE