L'accès aux soins de proximité est une question aussi lancinante que rémanente en France. Il est vrai qu’elle est traitée en considérant isolément soit le médecin généraliste, soit les urgences hospitalières comme les deux points d’entrée privilégiés, ce qui est une vision plutôt étroite et pour tout dire largement dépassée*. Cependant, cette même question est tout aussi présente dans l’ensemble des pays développés avec, la plupart du temps, la même acuité. Si bien qu’il peut être utile de regarder ce qui se passe dans ces différents pays pour, le cas échéant, en tirer le meilleur parti. Une dimension apparaît cependant commune à l’ensemble des organisations mises en œuvre dans ces pays : c’est la coopération/ coordination entre l’ensemble des professionnels médicaux, soignants et travailleurs sociaux impliqués. Une coopération et une coordination à l’évidence facilitées par des moyens de communication qui n’étaient guère disponibles voilà seulement une décennie. Et selon les pays et les organisations, cette coopération/ coordination peut résulter de diverses approches (pas nécessairement exclusives les unes des autres).

Gouvernance, organisation et engagement

Une première approche procède du type de gouvernance et du statut des personnels. C’est par exemple le cas d’organisations de soins nordaméricaines à but non lucratif, comme le Pilgrim Health Care sur la côte est des États-Unis ou encore le Kaiser Permanente qui opère en Californie et en Floride. Dans ces organisations, la gouvernance envisage différentes options, puis détermine une stratégie explicite, naturellement mise en œuvre par l’ensemble des professionnels affiliés. C’est notamment cette unité de gouvernance et de statut – le cas échéant appuyée par des modalités de rémunération adaptées – qui leur a permis de réussir leur virage ambulatoire, en y transférant des moyens qui étaient jusquelà dédiés à l’hospitalisation classique. À l’évidence, en France, les statuts distincts, tout comme des gouvernances antagonistes, ne facilitent guère une continuité des soins entre la ville et l’hôpital… 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE