Article publié dans Concours pluripro, novembre 2022

Pendant quatre mois de l’année, son activité ressemble peu à celle d’un médecin libéral. Elle est souvent périlleuse, nécessite d’être en "très" bonne forme physique et requiert toute son attention 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. D’autant qu’il n’est pas rare que Magaly Guilmont doive chausser ses skis ou enfourcher une motoneige aux côtés des pisteurs pour se rendre au chevet de personnes accidentées. D’ailleurs, les souvenirs pleuvent. Comme la fois où la médecin généraliste est allée secourir une skieuse tombée à l’arrivée du télésiège : fracture du fémur et fracture déformée du poignet. "Il y avait une tempête de neige, c’était impossible pour l’hélicoptère du Smur de se déplacer. Avec l’aide des pisteurs, nous avons réalisé les premiers soins sur place et l’avons évacuée." Il lui est aussi déjà arrivé de descendre en rappel dans un ravin, avec de la poudreuse jusqu’à la taille, après un accident de motoneige. "Le conducteur avait été éjecté dans la rivière du Verdon, dans une eau à 2 °C. Polytraumatisé au crâne, au bassin et aux jambes, il a fallu descendre jusqu’à lui pour prendre les premières constantes et le sédater en attendant l’hélicoptère…", se souvient celle qui a, à son actif, des dizaines de sauvetages extrêmes.

 

Lire aussi "Médecin urgentiste au cabinet, sur piste, hors piste et à domicile... et bientôt en MSP"

 

Depuis 2015, du 15 décembre au 15 avril, Magaly Guilmont prend ses fonctions au cabinet médical de la station de ski de La Foux d’Allos (Alpes-de-Haute-Provence), à 1 800 m d’altitude. Comme la plupart des stations, celle-ci doit impérativement être couverte par l’activité d’un médecin libéral pendant sa période d’ouverture. Le cabinet est installé au pied des pistes, à 150 m. Un autre généraliste exerce dans la station, mais son cabinet se trouve à quinze minutes de l’entrée des pistes, ce qui pose problème en cas d’urgence. D’autant que l’hiver, avec la fréquentation en hausse, la présence de deux médecins n’est pas de trop…

Bio Express

> 2002 : début de son exercice en tant que médecin urgentiste à l’hôpital de Montluçon
> 2005 : découverte de la médecine d’urgence en milieu périlleux au centre hospitalier de Digne-les-Bains
> 2015 : ouverture d’un cabinet de médecine d’urgence et générale dans la station de La Foux d’Allos
> 2017 : signature de la convention de médecin correspondant Samu avec l’hôpital de Digne et l’ARS
> Juin 2022 : aide à l’installation d’un cabinet de médecine d’urgence et générale sur l’île de Groix

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE