Plus de 3 000 femmes sont touchées chaque année en France, à l’origine de 1 100 décès. Les autorités sanitaires françaises ont pris des mesures pour tenter d’améliorer la situation : dépistage organisé depuis 2018, nouvelles stratégies de dépistage basées sur le seul test HPV (et non sur le frottis), pour les femmes de plus de 30 ans.

Cependant ces changements, parfois complexes, ne restent que partiellement mis en œuvre. C’est pourquoi le Dr Monsonego, président de la commission col-HPV du CNGOF, a mis au point "Gestion des dépistages HPV", une application développée par 360 medics, une société spécialisée dans la e-santé.

Cette application permet de retrouver les recommandations françaises (HAS, InCa). Et pour les situations où ces recommandations n’existent pas, elle propose des avis d’experts ou des orientations internationales.

Elle présente ensuite les modalités du dépistage en fonction de l’âge de la patiente et le dépistage de routine versus situations particulières. En outre, elle donne une évaluation du risque basé sur le profil des patientes ou sur des scores bien établis. Dans chaque situation, il est rappelé au professionnel ce qu’il faut faire et ne pas faire.

"Cet outil a pour mission de faire adopter de nouveaux réflexes de prise en charge, mais aussi de réduire les surconsommations d’examens et de traitements, et les inquiétudes inutiles que ces nouvelles stratégies risquent de générer, explique le Dr Monsonego. Notre application joue un rôle d’aide à la décision et de rappel des recommandations existantes. Mais il ne prétend en aucun cas remplacer l’expérience humaine et le sens clinique : au final, c’est bien-sûr l’approche individuelle de chaque médecin, la connaissance de sa patiente, qui guideront son action".

Le Pr Jean Lévêque, praticien hospitalier au CHU de Rennes, membre du CNGOF et relecteur du projet, rappelle que "la prévention du cancer du col est une intervention globale qui intègre la vaccination HPV et le dépistage. Ces deux interventions produisent un impact optimal lorsqu’elles sont pratiquées de manière complémentaire. A ce jour, le dépistage des femmes vaccinées doit donc se poursuivre sans changement".

L’application est proposée gratuitement sur la plateforme 360 medics. Pour y accéder, il faut télécharger 360 medics sur Apple/Google Store ; se connecter avec ses identifiants ou créer gratuitement un compte ; puis accéder à l’outil depuis la barre de recherche en tapant "HPV". Elle a déjà été utilisée par 115 000 médecins dont 3 200 gynécologues en France.

Sources : Communiqué de 360 medics, 29 septembre 2021.
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE