L’instruction du ministre de la Santé datée du 18 octobre, relative à l’animation du CNR santé dans les territoires, en donne les grandes lignes directrices. Deux des quatre volets du CNR en santé ne concernent pas directement les professionnels de santé de terrain. Il s’agit tout d’abord de groupes de travail confiés à des personnalités qualifiées, qui porteront sur les actions prioritaires et urgentes du gouvernement. Ces travaux se dérouleront jusqu’au printemps 2023 avec des échéances intermédiaires. Des chantiers prospectifs vont également être conduits au niveau national sur la transition écologique, l’évolution à long terme des métiers de soignants et des besoins démographiques, ainsi que sur la soutenabilité et la performance du système de santé dans son ensemble. Les premières conclusions sont attendues d’ici mi-2023.

Des consultations en région

Dans les territoires, la mobilisation des professionnels de santé est attendue. Les ARS sont chargées d’animer des réunions de co-construction territoriales, en lien étroit avec les préfectures et les élus, et en association avec le réseau de l’Assurance maladie. Elles se tiennent depuis octobre, et jusqu’en décembre 2022, avec pour objectif de mettre en valeur toutes les initiatives locales déjà existantes, trouver des solutions nouvelles pour le système de santé, et proposer les évolutions qu’il serait nécessaire de porter au niveau national pour favoriser leur déploiement ou lever des blocages liés à la réglementation. 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE