Début 2022, 69 % des médecins généralistes libéraux, qui ont au moins quatre ans d’ancienneté*, déclarent exercer en groupe au titre de leur activité principale, précise une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) publiée ce 26 octobre. Une "progression" depuis 2010 car il concernait 54 % des MG fin 2010 et 61% début 2019, précise l’instance.

Largement plébiscité par les médecins âgés de moins de 50 ans 87 % contre 75 % pour les 50-59 ans et 53 % pour les 60 ans ou plus –, et les femmes (80%), l’exercice regroupé peut être choisi au cours de la carrière professionnelle : 22 % des médecins qui exerçaient seuls en 2019 font partie d’un cabinet de groupe trois ans plus tard. Et si sa fréquence varie selon les régions (62 % des MG en région Paca contre 82 % de ceux des Pays de la Loire) et semble plus faible dans les zones sous-denses, note la Drees. De quoi laisser présager "une poursuite de l’augmentation de l’exercice regroupé dans les prochaines années", note la Drees.
 

3% des MG regroupés avec d’autres spécialités et/ou des chirurgiens-dentistes

Si 29% des médecins généralistes exercent en groupe monoprofessionnel, cette modalité d’exercice devient moins fréquente : 34% des MG en 2019 dont la majorité se regroupent dans des cabinets composés uniquement de généralistes. Le regroupement avec des médecins d’autres spécialités et/ou des chirurgiens-dentistes est beaucoup plus rare (3 % des médecins généralistes), précise la Drees.

A contrario, l’exercice en groupe pluriprofessionnel concerne 40% des MG en 2022, soit près de 60% des médecins installés en groupe, alors qu’ils étaient moins de la moitié en 2019.


Plus d’un quart des médecins généralistes (27 %) travaillent dans un cabinet comptant des médecins généralistes et professionnels paramédicaux (diététiciens, infirmières, masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes, psychologues...), et 12 % exercent également avec des médecins d’autres spécialités et/ou des chirurgiens-dentistes.

En revanche, la composition du regroupement varie selon les territoires : 52% des professionnels exercent en pluriprofessionnalité en Paca, 62% dans les Pays de la Loire et 58% dans le reste du territoire. Dans les zones en sous-densité médicale, 71% des médecins exercent en structure pluriprofessionnelle, "ce qui fait écho aux politiques d’encouragement à l’exercice pluriprofessionnel, principalement ciblées sur ces territoires, précise la Drees

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE