Jouer l’union plutôt que la division. Le Dr Michel Chassang, vice-président du Cese où s’est tenu le 30 mars dernier l’après-midi débat proposé par Les Libéraux de santé, a ainsi défini l’esprit de cette intersyndicale composée de onze organisations et représentant 430 000 professionnels de santé libéraux*. Trois heures de présentation et d’échanges autour des mesures santé à défendre, à affirmer et à porter pour le prochain quinquennat. Car leur objectif est "simple", affirme Sébastien Guérard, son président : "Répondre à une urgence politique ! Celle d’un système de santé à bout de souffle, dont les patients sont les premières victimes et qui appelle à repenser les logiques d’organisation."


crédit: Les Libéraux de santé

 

Glissement vers un système de plus en plus administré, politiques comptables, manque d’investissement, "logique paramétrique, budgétaire et court-termiste"… Face aux nombreux défis "non pas de demain, mais d’aujourd’hui", souvent antérieurs à la crise sanitaire, Les Libéraux de santé a présenté leur "initiative inédite et ambitieuse", un projet de loi "écrit collectivement à partir de plusieurs constats alarmants", a indiqué le masseur-kinésithérapeute. Car "il y a urgence et nous devons collectivement nous retrousser les manches", avec les élus locaux, les parlementaires, le gouvernement, l’État, les représentants des professionnels de santé et des patients et les jeunes.

 

Lire aussi : Les Libéraux de santé veulent écrire la prochaine loi de santé

 

Six axes donc pour "redonner à chaque Français une offre de soins de qualité, de proximité et à répondre aux enjeux de santé publique", insistait Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), en février dernier, lors de leur première présentation :

> Définir et piloter l’Ondam et conforter le système conventionnel

> Refonder l’organisation de l’offre de soins avec les patients au service de tous

> Décloisonner les métiers et recentrer les formations en santé sur le libéral

> Démocratiser le numérique en santé

> Faire de la prévention la clé pour vivre plus longtemps en bonne santé

> Garantir la qualité des soins pour tous

Cogérer et copiloter

Il faut faire évoluer les pratiques, a affirmé Sébastien Guérard. Comment ? En passant d’un système « exclusivement » sur des prises en charge curatives à un système de santé fondé sur la prévention tout au long de la vie, en « dépoussiérant » la manière d’aborder les prises en charge en ville, en changeant le regard porté sur l’usager-patient.  Et charge aux syndicats représentatifs, "détenteurs du monopole de la représentation de [leurs] professions", de changer la donne, a-t-il ajouté.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE