Monsieur A., 32 ans, se présente à votre consultation pour une douleur de la cheville consécutive à un traumatisme en torsion deux jours plus tôt lors d’un match amical de football. Il décrit également un gonflement et un hématome autour de la cheville apparue très peu de temps après le traumatisme une fois qu’il a arrêté de jouer. Il ne peut pas poser le pied au sol pour marcher à cause de la sévérité de la douleur et utilise deux cannes anglaises pour se déplacer et soulager le pied.

L’évaluation habituelle d’un patient consultant pour ce motif vise à répondre à deux interrogations pour l’orienter vers le traitement adéquat : - quelle est la sévérité du traumatisme ? En premier lieu, il faut rechercher une fracture, indiquant la prescription d’un examen d’imagerie pouvant, le cas échéant, nécessiter un avis chirurgical, ou une lésion d’un rétinaculum, nécessitant un avis chirurgical pour limiter la subluxation des tendons durant les activités physiques ; - quel est le mécanisme lésionnel si l’entorse de la cheville est l’hypothèse diagnostique la plus probable ? En fonction des résultats de l’évaluation initiale, le patient, dans la majorité des présentations cliniques, pourra être orienté en première intention vers un traitement kinésithérapique, ou être référé au médecin généraliste pour la demande d’une imagerie diagnostique, à la recherche d’une fracture osseuse.

Les étapes de l'anamèse

L’interrogatoire vise à identifier la présence de facteurs de risque pouvant nécessiter l’orientation du patient vers le médecin généraliste, tels que :
- un polytraumatisme incluant celui au niveau de la cheville ;
- une plaie au niveau de la cheville ;
- une chute consécutive à un malaise ;
- plusieurs antécédents personnels d’entorse sur la même cheville ;
- un antécédent de thrombose veineuse profonde ;
- la consommation médicamenteuse d’antiagrégant plaquettaire ou d’anticoagulant ;
- des antécédents personnels incluant un traumatisme physique du membre inférieur, des comorbidités et des signes cutanés suspectant un traumatisme grave.

Le patient ne présente pas d’antécédents personnels hormis un antécédent d’entorse de la cheville il y a cinq ans lors de la pratique du football. Aucun facteur de risque associé au traumatisme en torsion de la cheville n’a été rapporté.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE